compteur pour blog $(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

La lettre d'Argil

Voici la lettre d'Argil N°6 disponible en téléchargement à cette adresse :

lettre n°6 + dossier soins palliatifs

Malgré tout la lettre d'Argil N°5 est toujours disponible en téléchargement :lettre n°5


Lettre d'Argil N°6

Dossier soins palliatifs

EDITO :


Comme promis, nous nous attelons à rédiger à l'intention des adhérents, des proches et des partenaires de notre association et du réseau CC-RVH/ARGIL 06, une lettre régulière qui vous tienne au courant de nos travaux, de nos avancées et de l'offre de soins sur le département des Alpes Maritimes.

Cette tâche est longue, fastidieuse et noyée au milieu de beaucoup d'autres travaux à réaliser, tous aussi urgents et importants, c'est pourquoi nous n'avons pu tenir notre proposition de rédiger une lettre chaque trimestre... Mais cela nous aura laissé le temps d'aller jusqu'au bout des sujets que nous souhaitions traiter et de vous apporter un maximum d'informations en une seule fois ... un maximumd'informations que vous aurez le temps de lire et d'intégrer avant de nous donner vos impressions lors de notre Assemblée Générale !

Cette 6ème lettre d'ARGIL sera divisée en deux parties :
- Une première partie relative à la vie de l'association et notamment à la recherche d'avantages et de partenariats à proposer à nos adhérents,
- Une seconde partie consacrée à une présentation de l'offre de soins palliative sur le département et principalement aux structures qui peuvent apporter un soutien ou un relais à la prise en charge libérale.

Vous trouverez par ailleurs plusieurs documents joints à cette lettre :
- La convocation / invitation à l'Assemblée Générale / soirée « porte ouverte » qui clôturera l'exercice 2009 et lancera une nouvelle année très importante pour votreassociation,
- Un bulletin d'adhésion à l'association, pour l'année 2010, à ne pas hésiter à diffuser à vos collègues ou amis qui souhaiteraient eux aussi adhérer...
- Plusieurs prospectus de partenaires qui proposent des services exclusifs à nos adhérents, des partenariats ou des services que nous avons trouvés intéressants.

Enfin, dans l'attente de la finalisation du site Internet officiel de l'association, nous avons travaillé à la création :
- d'un site provisoire: http://argil.asso.st/
- et d'une page d'archivage en ligne des « petites annonces infirmières» :http://annoncesargil06.blogspot.com/
N'hésitez pas à inscrire ces adresses dans vos favoris et à aller y faire un tour régulièrement.

David GUILLON,
Président de la Coordination ARGIL 06.

Sommaire :
- Adresse du Conseil départemental de l'ordre des Infirmiers
- Dossier soins palliatifs
- A la recherche d'avantages pour les adhérents
- Convocation à l'Assemblée Générale 2009
- Bulletin d'Adhésion 2010

Adresse du Conseil Départemental de l'Ordre des Infirmiers 06
Une erreur s'était glissée dans la lettre précédente concernant l'adresse postale provisoire du CDOI 06.
Très récemment, le Conseil Départemental de l'Ordre des Infirmiers vient de trouver ses locaux.

A partir du mois de Janvier, vous pourrez adresser vos courriers à « Mr Jean-Jacques SCHARFF, Président du CDOI 06, 31 rue de PARIS, 06000 NICE » ou par E-mail à :president@ordre-infirmiers06.fr.

N'hésitez pas à aller régulièrement sur le site Internet du CDOI 06 pour lire les infos sur les avancées de l'Ordre : www.ordre-infirmiers06.fr et y télécharger si besoin votre dossier d'inscription au tableau de l'Ordre.

DOSSIER : Bilan de l'offre de soins et de services
en soins palliatifs dans les Alpes Maritimes.

La prise en charge de patients en soins palliatifs est malheureusement une réalité que nous pouvons rencontrer tous les jours dans notre exercice professionnel, qu'ils'agisse d'accompagner jusqu'à la fin des patients que nous suivons depuis des années ou que ce soit pour une prise en charge ponctuelle d'un patient en fin de vie.

Si une partie d'entre nous revendique la possibilité, les qualifications et la disponibilité, pour prendre en charge à domicile les soins techniques les plus lourds,tels que des perfusions, des alimentations parentérales ou des pompes à morphine, surtout lorsqu'il s'agit de patients déjà connus, tous ne souhaitent pas prendre en charge une telle panoplie de soins, sans pour autant être prêts à « abandonner » des patients suivis depuis des années quand leur situation nécessite ce genred'intervention.

D'ailleurs, tous les patients en situation de soins palliatifs ne sont pas hyper médicalisés et il arrive bien souvent qu'un accompagnement, surtout pour unepersonne âgée, ne nécessite finalement que des soins d'hygiène, délivrés avec beaucoup de douceur et de patience et une préparation de l'environnement familial àl'inévitable issue.

C'est en envisageant tous ces types de situations que nous avons essayé de faire le tour de l'offre de soins palliative dans les Alpes Maritimes, pour pouvoir revendiquerauprès des partenaires que nous devions rencontrer, la volonté de certains infirmiers libéraux de tout assurer, comme le besoin parfois (des professionnels, des famillesou des patients), de se faire aider par une structure de support ou celui de trouver une structure de relais, même temporaire.

Un dossier complet présentant l'offre de soins palliative sur le département accompagne cette lettre.,

A la recherche d'avantages pour les adhérents !

Le fonctionnement du pôle de Coordination du réseau CC-RVH/ARGIL 06 nous oblige à respecter certaines règles éthiques et déontologiques en matière d'orientation despatients qui font appel à notre service et notamment à respecter un critère principal qui est celui de la proximité des intervenants.
C'est seulement quand nous avons le choix, à distance équivalente, entre un infirmier adhérent et un non adhérent, que nous donnons la priorité à l'adhérent,c'est-à-dire que nous l'appelons en premier... ce qui ne présage en rien de sa capacité ou de sa disponibilité à prendre en charge le patient !

C'est pour compenser cette quasi égalité de traitement que nous avons décidé lors du Conseil d'Administration de novembre 2008, de développer au sein de l'association, des avantages réservés exclusivement à nos adhérents.

L'objectif principal est de développer suffisamment d'avantages et de partenariats pour vous permettre de « rembourser » en quelques sortes, sinon « d'économiser »le montant de la cotisation, en vous permettant de bénéficier de tarifs réduits, de prix de groupes et de divers avantages financiers...

Les Partenariats et les services développés et à développer par ARGIL pour ses adhérents :

" NICÆA Stratégies et Développement "

NICÆA est notre principal partenaire en matière d'assurances et de conseil en gestion privée. Vous vous souviendrez peut être d'ailleurs avoir croisé Olivier SAVY (le directeur) et Alexandre IMBERT (notre conseiller attitré) lors des Assemblées Générales de décembre 2007 et février 2009.

Avec eux, nous avons développé plusieurs services pour les adhérents dont certains d'entre vous bénéficient déjà :
- Une étude patrimoniale gratuite, permettant de faire entre autres choses le bilan de vos contrats d'Indemnités Journalières, de Retraite Complémentaire, d'AssurancesVie ou de placements boursiers.

- La mise en place d'outils de défiscalisation, tels que des investissements immobiliers (lois Borloo, DeRobien, Scellier, etc.) pour lesquels NICÆA recherche enpriorité des programmes locaux et pour lesquels l'association reçois des dividendes non négligeables (commission d'apporteur d'affaire... environ 500 € par opérationfinalisée).

- La proposition de contrats d'assurance de groupe, permettant de bénéficier de tarifs nettement inférieurs aux tarifs individuels : le premier contrat négocié dans ce cadreest un contrat de "Responsabilité Civile et Professionnelle" qui vous offre une réduction de 50% par rapport aux tarifs classiques avec un montant annuel de 76.08 € (tarif 2009). Vous trouverez toutes les informations sur ce contrat, jointes à cette lettre et au verso de la page de couverture du dossier soins palliatifs.

- D'autres couvertures assurancielles sont proposées selon vos besoins, comme les assurances «Indemnités Journalières» ou comme l'assurance «MaladieProfessionnelle et Accident de Travail» (deux risques pour lesquels nous ne sommes pas couverts par nos cotisations URSSAF auprès de l'Assurance Maladie) et de nombreuses formes de Retraites Complémentaires.

N'hésitez pas à contacter notre conseiller attitré : Alexandre IMBERT, au 06.26.60.51.81 ou alexandre.imbert@nicaea.fr et à aller visiter leur site Internet : www.nicaea.fr .

" ACTIVE ASSISTANCE "

Cette société de télé assistance souhaite améliorer son service aux personnes âgées et isolées en intégrant, lorsque c'est possible, les infirmiers libéraux intervenantsauprès de ses clients, dans la liste des personnes à contacter et susceptibles d'intervenir rapidement en cas de problème.
Mais le partenariat proposé à ARGIL et à ses adhérents ne se limite pas à cette reconnaissance de la place prépondérante des infirmiers libéraux dans le maintien àdomicile des personnes âgées, puisque Active Assistance propose également de faire bénéficier les infirmiers et l'association d'une commission d'apporteurs d'affaire,lorsqu'un contrat est mis en place par l'intermédiaire d'un infirmier adhérent.
Vous pouvez joindre notre correspondant Mr DUPRE par mail à contact@active-assistance.com ou par téléphone au 06 09 15 09 32. Vous trouverez également une information sur ces services en avant dernière page de couverture du dossier soinspalliatifs et avec cette lettre.

" MEDICUIR "

Cette société artisanale de maroquinerie a développé une gamme de sacs, sacoches et mallettes spécialement adaptés à l'exercice libéral infirmier et peut, si vous lesouhaitez, personnaliser ses produits sur simple demande. Cet artisan propose aux adhérents de l'association de bénéficier de tarifs de gros et de demi-gros et pourraitéventuellement organiser des présentations de ses productions à des groupements d'infirmiers (façon réunions Tupperware...). Merci de passer par le biais d'ARGIL pourtoute commande ou information.
Vous trouverez un prospectus joint à cette lettre, présentant succinctement la gamme des produits proposés.

" AGICOM " - " CORIOLIS Telecom "

Ce prestataire de téléphonie fixe, mobile et Internet, travaille avec les 3 réseaux (SFR-Orange-Bouygues) et peut concevoir pour ses clients « les meilleures offres dumarché » à travers des services et des niveaux de prestation réservés aux entreprises (habituellement, nous bénéficions d'offres « pro», moins avantageuses). Vous pouvez contacter notre correspondant, Benoit GAYET, pour une étude personnalisée et un devis au : 04.93.84.67.96, au 06.84.54.63.86 ou par E-mail :benoit.gayet@agicom06.com
Vous trouverez une information sur ces services jointe à cette lettre et den dernière page de couverture du dossier soins palliatifs.

Le " COMITE ASSOCIATIF ARGIL"

Cette proposition est née de nos recherches de services aux adhérents.
L'idée est de constituer un comité associatif, à l'instar des comités d'entreprise dont bénéficient nos collègues salariés, pour permettre à nos adhérents de bénéficier detarifs préférentiels, principalement pour leurs activités de loisirs.
Le premier service que nous pensons développer concerne l'acquisition de places de cinéma à tarif préférentiel avec le système des chèques cinéma qui coûtent enmoyenne 7.5 €. Mais de nombreux autres services et avantages pourraient être développés dans ce cadre, comme les places de spectacles, les places pour les parcs à thèmes, etc.
Nous recherchons des gens de bonne volonté pour nous aider à développer ce comité ... avis aux amateurs !


Assemblée generale /portes ouvertes,2009/2010,convocation des adhérents/invitation despartenaires

Comme tous les ans, l’Assemblée Générale Ordinaire de l’Association ARGIL 06, s’accompagnera d’une opération « Portes Ouvertes » à l’intention des infirmiers libéraux non encore adhérents et des partenaires de la Coordination ARGIL 06.

Cette Assemblée Générale 2009/2010 de la COORDINATION ARGIL 06 se tiendra :

le Lundi 1er Février 2010, à l'HOTEL NOVOTEL Nice arenas, 455 promenade des anglais, 06 200 NICE, à partir de 20h

(Accueil avec cocktail de bienvenue offert par nos partenaires à partir de 20h)

 Adhérents, non adhérents, partenaires, vous êtes tous conviées à participer à cette soirée et nous vous remercions par avance de bien vouloir confirmer votreparticipation au 04.93.04.32.23 ou par E-mail à secargil06@aol.com.

Adhérents, si vous ne pouvez participer à cette Assemblée, pensez à adresser votre procuration de vote, par courrier ou par E-mail à cette même adresse, ou à laremettre à un confrère ou à un collaborateur qui vous représentera à cette Assemblée Générale.

dossiers soins paillatifs

Bilan de l’offre de soins et de services en soins "palliatifs dans les Alpes Maritimes.

Liste des structures présentées partiellement issue de : http://www.apsp-paca.net/alpes-maritimes.php

Pourquoi faire un bilan de l’offre en soins palliatifs sur le département ?

La prise en charge de patients en soins palliatifs est malheureusement une réalité que nous pouvons rencontrer tous les jours dans notre exercice professionnel, qu’il s’agisse d’accompagner jusqu’à la fin des patients que nous suivons depuis des années ou que ce soit pour une prise en charge ponctuelle d’un patient en fin de vie.

Si une partie d’entre nous revendique la possibilité, les qualifications et la disponibilité, pour prendre en charge à domicile les soins techniques les plus lourds, tels que des perfusions, des alimentations parentérales ou des pompes à morphine, surtout lorsqu’il s’agit de patients déjà connus, tous ne souhaitent pas prendre en charge une telle panoplie de soins, sans pour autant être prêts à « abandonner » des patients qu’ils suivent depuis des années quand leur situation nécessite ce genre d’intervention.

D’ailleurs, tous les patients en situation de soins palliatifs ne sont pas hyper médicalisés et il arrive bien souvent qu’un accompagnement, surtout pour une personne âgée, ne nécessite finalement que des soins d’hygiène, délivrés avec beaucoup de douceur et de patience et une préparation de l’environnement familial à l’inévitable issue.

C’est en envisageant tous ces types de situations que nous avons essayé de faire le tour de l’offre de soins palliative dans les Alpes Maritimes, pour pouvoir revendiquer auprès des partenaires que nous devions rencontrer, la volonté de certains infirmiers libéraux de tout assurer, comme le besoin parfois (des professionnels, des familles ou des patients), de se faire aider par une structure de support ou celui de trouver une structure de relais, même temporaire.

Nos propres prises en charge, tout comme vos appels à la Coordination, nous ont également mis face à deux constats inquiétants :

nous ne connaissons pas toutes les structures qui existent sur le département pour nous aider ou nous relayer dans une prise en charge d’un patient en soins palliatifs, tout comme ces structures ne nous connaissent pas et ne pensent pas toujours pouvoir faire appel à des infirmiers libéraux,

et même quand nous connaissons ces structures, nous ne savons pas toujours comment y faire appel, nous avons parfois peur de collaborer avec elles et de « perdre notre patient ».

En fait, il apparaîtrait même parfois, d’après vos retours et les entretiens que nous avons menés, que même ces structures auraient du mal à travailler ensembles...

RAPPEL : La Définition des soins palliatifs selon l’OMS.

Avant d’aller plus loin dans cette exploration, il nous a semblé important de repréciser ce que sont les soins palliatifs :

Définition de 1990 :  Les soins palliatifs sont des soins actifs et complets donnés aux malades dont l'affection ne répond plus au traitement curatif. La lutte contre la douleur et les autres symptômes, ainsi que la prise en considération des problèmes psychologiques, sociaux et spirituels sont primordiaux. Ils ne hâtent ni ne retardent le décès. Leur but est de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu'à la mort.

Définition de 2002 : Les soins palliatifs cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille, face aux conséquences d’une maladie potentiellement mortelle,

·        par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec précision,

·        par le traitement de la douleur et des  problèmes physiques, psychologiques et spirituels qui y sont liés.

Les soins palliatifs  :

·        procurent le soulagement de la douleur et des autres symptômes gênants, soutiennent la vie et considèrent la mort comme un processus normal,

·        n’entendent ni accélérer ni repousser la mort,

·        intègrent les aspects psychologiques et spirituels des soins aux patients,

·        proposent un système de soutien pour aider les patients à vivre aussi activement que possible jusqu’à la mort,

·        offrent un système de soutien qui aide la famille à tenir pendant la maladie du patient et leur propre deuil,

·        utilisent une approche d’équipe pour répondre aux besoins des patients et de leurs familles en y incluant si nécessaire une assistance au deuil,

·        peuvent améliorer la qualité de vie et influencer peut-être aussi de manière positive l’évolution de la maladie,

·        sont applicables tôt dans le décours de la maladie, en association avec d’autres traitements pouvant prolonger la vie, comme la chimiothérapie et la radiothérapie,

·        incluent les investigations qui sont requises afin de mieux comprendre les complications cliniques gênantes et de manière à pouvoir les prendre en charge.

En fait, d’après ces définitions, on voit bien que même si la fin de vie est bien l’aboutissement final des soins palliatifs, l’essentiel de ce concept repose plutôt sur l’accompagnement et le soulagement du patient et de ses proches.

Comme cela a été dit précédemment, c’est en général plusieurs fois par an que nous sommes confrontés à l’accompagnement en fin de vie d’un patient à domicile. Ces prises en charge sont parfois médicalisées, voire très médicalisées, comme elles peuvent ne demander qu’un simple accompagnement. Dans tous les cas, le respect du souhait du patient de rester ou non à domicile doit être au centre de la réflexion, mais c’est surtout le souhait et la capacité de la famille et de l’entourage soignant à assumer ce maintien à domicile, tout comme les conditions de vie sociales du patient (isolement, présence d’un tiers) qui vont être déterminants pour pouvoir ou non respecter ce souhait.

Dans tous les cas, il faudrait éviter une hospitalisation en urgence, voire en catastrophe, aux derniers moments, qui est généralement très mal vécue par tous. L’objectif de ce bilan est donc de permettre à tous d’anticiper les difficultés qui pourraient être rencontrées pour améliorer le parcours du patient et sa prise en charge par les structures existantes.

Des Soins Palliatifs en Libéral : c’est possible !

Cette présentation du libéral comme première structure de prise en charge des soins palliatifs à domicile est destinée principalement aux nouveaux installés et aux partenaires qui ne connaissent peut être pas très bien le libéral.

La première condition est de pouvoir s’appuyer sur un cadre social et familial solide. Il sera plus difficile, voire impossible ou dangereux, de prendre en charge un patient isolé, sans famille ou logeant dans de mauvaises conditions d’hygiène. Cette première condition est malheureusement valable également pour tous les systèmes qui permettent un accompagnement à domicile, même si ils peuvent parfois mettre en place une présence humaine continue.

Sur le plan infirmier, si un « simple » accompagnement jusqu’à la fin de vie ne nécessite que la volonté et la disponibilité de l’équipe infirmière, trois autres conditions sont par contre nécessaires pour assumer une prise en charge médicalisée à domicile : la qualification des intervenants, l’adaptation du matériel de soins et la permanence 24h/24.

Si nous avons coutume de rappeler que libéraux et salariés ont le même diplôme et que depuis 1992 une expérience professionnelle en milieu hospitalier est nécessaire pour pouvoir s’installer en libéral, donc que nous avons les mêmes qualifications à l’origine, il faut être réaliste et prendre en considération que les partenaires hospitaliers et en premier lieu les prescripteurs, demandentdes garanties relatives à la qualification des infirmiers libéraux et à leur capacité à gérer une situation en inter-disciplinarité, avant de leur confier des patients avec des perfusions sur voie centrale, alors qu’ils considèrent ces qualifications comme naturelles quand ils confient leurs patients à des structures salariées.

A nous de leur prouver qu’ils peuvent faire également confiance aux infirmierslibéraux.

Outre les infirmiers qui viennent directement de services hospitaliers « de pointe » où ils maîtrisaient parfaitement les soins sur voie centrale (réanimations, oncologie, bloc), chaque année, sur le département, 40 à 60infirmiers libéraux, suivent une formation qualifiante (certification), relative aux soins de chimiothérapie et incluant les soins sur voie centrale. Ils suivent un stage obligatoire dans un service de chimiothérapie qui n’est validé qu’après avoir piqué et dépiqué trois perfusions sur DVI (Dispositif Veineux Implantable également nommé Port-a-Cath ou PAC).

On peut ainsi considérer que depuis les dix dernières années, 4 à 600 infirmiers libéraux se sont formés sur le département... soit entre 1/4 à 1/3 des effectifs d’infirmiers libéraux des Alpes Maritimes.

Mais la qualification initiale ne suffit pas pour établir la confiance, il faut aussi pouvoir garantir que ces gestes restent maîtrisés et que l’on a gardé l’habitude de les pratiquer. C’est pourquoi les prescripteurs qui acceptent de faire appel aux infirmiers libéraux pour assurer des prises en charge de perfusions sur voie centrale passent souvent par l’intermédiaire de sociétés prestataires de service qui en plus de fournir tout le matériel nécessaire, leur garantissent de faire appel à des infirmiers qualifiés et habitués à pratiquer ces soins... Certains prestataires passent par ARGIL pour assurer cette recherche d’infirmiers et une vérification des habitudes des patients, mais...

… entre orientation des patients vers les structures d’HAD et orientation vers des pools d’infirmiers bien connus de certaines sociétés prestataires, il n’est pas toujours évident que l’infirmier habituel du patient soit contacté pour assurer ces prises en charge... à moins de se faire connaître directement du prescripteur ou de pouvoir compter sur la famille du patient ou le patient lui-même pour exprimer leur volonté d’être pris en charge par l’infirmier libéral auquel ils sont habitués !

Enfin, lorsque l’infirmier habituel d’un patient est contacté pour assurer la prise en charge de ces perfusions sur voie centrale ou tous autres soins auprès d’un patient en soins palliatifs, il faut savoir qu’il a accès à une panoplie impressionnante de matériel médical que bien des services hospitaliers nous envient : lit  médicalisé, matelas anti-escarres, oxygénothérapie, fauteuils roulants, fauteuils coquilles, chaises « garde robe » et bien sur, tout le matérielde perfusion, y compris de nombreux « gadgets » dernier cris bien trop onéreux pour les services hospitaliers.

Pour conclure sur cette offre de soins en libéral, si on veut prendre en charge un patient en soins palliatifs en libéral, on peut le faire sans aucun problème.

Mais quant il devient parfois difficile d’assumer certaines situations, il faut aussi savoir faire appel à des structures de support, qui vont nous aider à assurer une prise en charge de qualité ou savoir passer le relais à temps, avant d’être obligé d’hospitaliser un patient en urgence.

Pour cela, il faut connaître l’existence et le mode de fonctionnement de ces structures de support ou de relais...  c’est ce que nous vous proposons maintenant.

Des structures de SUPPORT d’une prise en charge à domicile ?

 

RESOP 06 : le réseau de soins palliatifs des Alpes Maritimes.

Pour «faciliter la prise en charge du patient en soins palliatifs à domicile», il est possible de faire appel à

RESOP 06, le réseau de soins palliatifs du département,dont la mission est de conseiller, orienter et soutenir l’équipe soignante à domicile, mais également d’améliorer les prestations et le soutien proposés à un patient et à son entourage. Créé suite à de nombreuses réunions de travail auxquelles plusieurs membres d’ARGIL ont participé très activement, RESOP 06 est un réseau de santé financé par l’ARH et l’URCAM, promu par une association loi 1901 regroupant des professionnels de santé libéraux médicaux et paramédicaux : ADRESOP 06.

(ARH : Agence Régionale de l’Hospitalisation / URCAM : Union Régionale des Caisses d’Assurance Maladie)

Initialement chargée du suivi de 150 patients par ansur l’ensemble du département des Alpes Maritimes, mais prenant finalement en charge une file active de près de 400 patients, le Pôle de Coordination du réseau est une équipe pluridisciplinaire composée d’un médecin (Dr Brigitte MOURIER), d’une infirmière ( Hélène FERNANDEZ), d’une assistante sociale (Carole ZANI), d’un psychologue (Daniel GAILLOT) et d’une assistante de direction (Patricia VUILLET).

RESOP 06 prends en chargeles «personnes atteintes d’une maladie grave etévolutive» sous réserve du «consentement du patient, de sa famille et du médecin traitant». Cette inclusion peut se faire à la demande du patient ou de son entourage, mais c’est souvent à la demande des professionnels de santé que le patient intègre le réseau. Les objectifs sont d’anticiper l’évolution du patient, d’éviter les hospitalisations évitables et de respecter le projet du patient.

La prise en charge d’un patient se déroule en plusieurs étapes :

-      Vérification des critèresd’inclusion et de l’accord préalable de l’équipe de soins, du patient et de la famille,

-      Rencontre avec la famille et les intervenants autour du patient(réunion de coordination indemnisée et procédure administrative d’intégration) et évaluation de la situation et des besoins bio-psycho-sociaux,

-      Proposition d’un plan d’aidesocial, logistique, médical et psychologique et si besoin d’une évaluation complémentaire par une équipe mobile de soins palliatifs,

-      Proposition, si besoin, aux professionnels, de formations (pompe à morphine, douleur …) et d’un accès aux référentiels en soins palliatifs.

Le personnel du pôle de Coordination de RESOP ne peut ni prescrire, ni réaliser de soins.

En revanche, des dérogations financières permettent de prendre en charge des interventions de psychologues libéraux et un partenariat avec le Conseil Général et la Maison du Handicap permettent d’accéder à des financements en urgence pour du personnel de maintien à domicile (auxiliaires de vie, aides ménagères, gardes malades).

Une proche collaboration avec les associations de soins palliatifs permet également de proposer des interventions de bénévoles afin de soulager les familles, à travers une aide, une assistance ou une simple présence humaine.

En cas d’hospitalisationdu patient, RESOP constitue bien souvent le lien entre les intervenants de ville et l’hôpital et coordonne le retour à domicile.

A l’idéal, La vocation de RESOP serait de suivre un patient dans toutes les étapes de son parcours de santé : en amont et en dehors des soins et de la prise en charge effective et au détour des différentes prises en charge (hospitalisations, soins ambulatoires, hospitalisation à domicile, soins à domicile).

Lors du décès du patient, le réseau propose à la famille une aide psychologique et une aide aux démarches administratives et sociales et propose aux intervenants de participer à un débriefing.  

RESOP 06 se trouve au 61 route de Grenoble à NICE. Les bureaux sont ouverts de 8h30 à 17h, du lundi au vendredi et l’équipe est joignable au 04.93.18.86.32, par fax au 04.92.29.09.11ou par E-mail à resop06@wanadoo.fr.

EMSP / UMSP :

Il existe plusieurs Equipes ou Unités Mobiles de Soins Palliatifs sur le département,

Susceptibles d’évaluer les besoins des patients (y compris en pédiatrie),  à leur domicile, ou de les rencontrer au sein de services d’hospitalisation, de consultation, de soins ambulatoires ou en maisons de retraite (EHPAD), ces équipes pluridisciplinaires (médecins, infirmières, psychologues, assistante sociale) peuvent intervenir à la demande ou avec l’accord du médecin traitant ou de médecin référent du patient, pour proposer, selon les équipes :

-         une aide à l’évaluation et au traitement des symptômes d’inconfort et de la douleur,

-         un soutien et une écoutedu patient, de sa famille et des équipes de soins,

-         une collaboration pluridisciplinaire avec les acteurs de soins et les bénévoles,

-         une aide au retour à domicile,

-         des conseilstéléphoniques, des formations,

-         des aides à la discussion et à la décision dans le champ de l’éthique,

-         un accompagnement des endeuillés.

Les EMSP ne viennent pas en substitution des soignants habituels du patient mais en complément décisionnel de ceux-ci, il n’y a donc généralement pas de prescriptions ou de soins réalisés directement par ces équipes.

Les différentes équipes collaborent entre elles pour couvrir au mieux l’ensemble du département.

 

L’Equipe Mobile Départementale de Soins Palliatifs du CHU de NICE :

L’EMSP du CHU de NICE est une équipe qui s’est détachée en 2003 du département de la douleur  (créé en 1993). Elle est située au rez-de-chaussée du pavillon K (crèche) de l’hôpital PASTEUR à NICE.

Voué initialement à couvrir l’ensemble du département, l’EMSP couvre principalement le bassin de vie niçois et les agglomérations environnantes.

L’EMSP réalise, à la demande ou en accord avec le médecin traitant, un bilan à visées thérapeutiques et organisationnelles de la prise en charge du patient en soins palliatifs. Ce bilan est réalisé si possible dans les 48 heures suivant la demande par un binôme (med-IDE / IDE-IDE / IDE-Psycho / IDE- AS, etc.) dont la composition est adaptée à la demande reçue (y compris pour de la pédiatrie).

Des patients peuvent également être reçus en consultation le mardi.

L’EMSP du CHU de NICE est joignable du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h (16h30 vendredi), au 04.92.03.86.24 ou 56.  Les correspondants au sein de l’unité sont le Dr VALET-EKER, et le cadre de santé, Mr DEMARQUE.

L’ Unité Mobile de soins Palliatifs et traitement de la douleur du syndicat inter hospitalier Cannes - Grasse – Antibes :

Créée en 2002, cette Equipe Mobile inter établissements, intra et extrahospitalière des secteurs de Cannes – Grasse – Antibes, se déplace dans les structures dont elle est issue (CH Cannes, Antibes et Grasse) ou avec lesquelles  elle a établi des conventions (HAD, centre de moyen et long séjour, maisons de retraite..) et au domicile des patients, à l’appel du médecin généraliste et/ou lorsque le patient est inclus dans le réseau Résop 06.

Constituée de 2 IDE, 1 sophrologue, 1 kiné, 2 psychologues et 3 médecins, L’EMSP s'adresse aux patients et leur famille dans le but d’assurer une prise en charge des différents symptômes des patients en soins palliatifs, un traitement de la douleur chronique, un accompagnement psychologique et un suivi de deuil pour l'entourage familial et social. L’EMSP assure également des consultations externes de Soins Palliatifs et de suivi de deuil les Mardi, Mercredi et Vendredi, sur rendez-vous.

Hébergée au sein du Centre Hospitalier de GRASSE(Bât. E1« les chênes verts »), l’EMSP est joignable du lundi au vendredi, de _ h à _h au  04 93 09 50 50, Le correspondant est le Dr Isabelle CASINI.

L’Equipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs du Centre Antoine Lacassagne :

L’EMDSP du CAL est une équipe interne au centre anti cancéreux de Nice, créée depuis 1999 pour soutenir les équipes et les médecins du CAL, dans la gestion de situations difficiles tels que des symptômes rebelles : douleurs, dyspnée, confusion, … etc. Elle a aussi un rôle de soutien auprès des familles et auprès des équipes du CAL confrontées à des patients dépendants et à des décès répétés.

Il s’agit d’une équipe pluridisciplinaire constituée de 2 médecins à temps partiel (Dr CIAIS, Dr Fogliarini), 2 infirmières et 2 secrétaires et faisant appel aux prestations de plusieurs autres professionnels du CAL ( psychologues, kinésithérapeutes, sophrologue, diététicienne, esthéticienne, assistantes sociales) et à des vacations d’un psychiatre.

L’équipe prend en charge des patients hospitalisés dans les services du CAL ou en consultations externes  le lundi après-midi et les mardi, jeudi et vendredi matin. Un binôme médecin/infirmier évalue les besoins du patient et propose la mise en place des soins et des intervenants les plus adaptés à ces besoins.

Elle intervient également dans l’organisation du retour à domicile, principalement quant il y a une pompe à morphine ou une alièmentation parentérale ou lorsqu’il y a besoin de pallier à un isolement social. Les retours à domicile se font de plus en plus  régulièrement en collaboration avec le réseau RESOP lorsqu’il y a des infirmiers libéraux auprès du patient ou avec les services d’HAD du département.

L’EMDSP du CAL est joignableau 04.92.03.15.46 ou à travers le service central des consultations du CAL.

 

Des structures de RELAIS d’une prise en charge à domicile ?

 

Hospitalisations à Domicile : les HAD :

Il existe plusieurs services d’Hospitalisation à Domicile dans les Alpes Maritimes, qui couvrent une grande partie du territoire du département. Ces services ne disposent pas de lits « identifiés soins palliatifs», mais assurentpar définition ces prises en charge à domicile. (30 à 40% de l’activité des services)

 L’HAD est définie comme «une alternative à l’hospitalisation traditionnelle qui offre la possibilité d’écourter ou d’éviter une hospitalisation en restant à domicile, tout en bénéficiant d’une prise en charge pluridisciplinaire etcoordonnée ».

L’entrée d’un patient en HAD se fait sur demande du médecin traitant ou hospitalier et nécessite une évaluation préalable par le médecin coordinateur de la structure qui décide de l’inclusion. Les critères d’entrée d’un patient en HAD sont souvent causes de litiges avec les libéraux, même si une notion de besoin minimum de 3 différents soins quotidiens serait nécessaire pour justifier une prise en charge en HAD.

Ces structures, comme les services hospitaliers, sont composés d’une équipepluridisciplinaire associant sous la responsabilité d’un médecin coordinateur etd’un cadre de santé, des infirmières, des aides soignants, des kinésithérapeutes, des assistantes sociales, une pharmacie centrale et parfois également des psychologues et des diététiciennes. Elles assurent une permanence des soins 7j/7 et 24h/24.

Le médecin traitant reste le pivot central de la prise en charge du patient et le prescripteur des soins et traitements du patient.

Certaines HAD incluent, occasionnellement ou régulièrement, des paramédicaux libéraux (dont les IDE libéraux) en complément de leurs effectifs. Les contacts pris pour réaliser ce dossier « soins palliatifs » pourraient d’ailleurs aboutir à une plus grande collaboration entre Infirmiers libéraux, ARGIL et HAD sur certains secteurs géographiques.

En effet, si classiquement, une prise en charge d’un patient en HAD signifie la mise à l’écart des intervenants libéraux, qui est mal vécue par tous (libéraux, patients et salariés) et qui entretient une opposition entre ces deux systèmes, certains responsables d’HAD nous ont confiés d’entrée vouloir envisager une plus grande collaboration entre libéraux et structures (conformément à un protocole d’accord national entre HAD et libéraux), à savoir :

-         Une vérification préalable de l’existence de professionnels libéraux auprès du patient,

-         une possibilité de continuité de la prise en charge par les IDE libéraux habituels du patient, dès le début de l’intervention de l’HAD, avec une répartition «négociée» des charges de soins entre IDE lib, IDE salariés et AS,

-         une possibilité d’intervention des libéraux pour un relais partiel de la prise en charge, à un moment donné du séjour,

-         un relais organisé de la prise en charge par les IDE libéraux en fin de suivi par l’HAD.

Cette politique d’ouverture devrait pouvoir faciliter à l’avenir les collaborations dans la prise en charge commune de patients, en soins palliatifs notamment, sans pour autant signifier une rupture du suivi pour les infirmiers libéraux.

La place des HAD dans ce topo sur la prise en charge des patients en soins palliatifs se justifie donc à plusieurs niveaux :

-         une possibilité de collaboration entre HAD et libéraux dans la prise en charge d’un patient orienté vers l’HAD en retour ou en maintien à domicile,

-         la possibilité pour des infirmiers libéraux qui ne pourraient continuer seuls la prise en charge d’un patient, du fait par exemple d’une charge de travail trop importante, de passer le relais à une structure qui garantisse le maintien à domicile et qui pourrait, selon les cas, préserver une partd’intervention des professionnels libéraux habituels du patient (pour des soins techniques uniquement)

L’HAD de NICE et Région

Structure associative à but non lucratif, l’HAD de Nice et Région est L’une des plus anciennes HAD de France. Elle intervient sur une large zone géographique couvrant la bande côtière de Menton à Antibes/Juan-Les-Pins, en passant par toutes les collines niçoises, soit environ 70 km d'Est en Ouest et 30 km du Sud au Nord (une quarantaine de communes sont couvertes, consultez le plan sur http://www.had-nice.fr/zone.html)

Avec une capacité de ___ lits, cette HAD a découpée sa zone d’intervention en deux secteurs (Est :Nice Centre-Menton / Ouest : Nice Ouest-Antibes) et emplois __ IDE, __AS, des kiné, orthophonistes, diététiciennes et psychologues, sous la responsabilité de plusieurs cadres de santé et du Dr Chapuis.

L’HAD de NICE et Région est joignable au 04 97 25 77 77 ou sur le www.had-nice.fr

L’HAD de CANNES

Créée récemment sur le département, l’HAD du Centre Hospitalier de Cannes couvre les secteurs de Cannes, Le Cannet, Mandelieu, Mougins, Vallauris et Golfe Juan et peut accueillir __ patients. Le Dr Gilbert et Mr Moréno, cadre de Santé, assurent la coordination d’une équipe de 8 IDE et 6 AS, assistés d’une assistante sociale et d’une diététicienne. L’HAD de Cannes est joignable au 04 92 18 67 06.

L’HAD de GRASSE

L’HAD du Centre Hospitalier de Grasse est une petite structure de 15 lits existant depuis ….

Elle couvre l’agglomération grassoise et une quinzaine de communes  dans un rayon de 20 km (Bar/Loup, Roquefort les Pins, Plascassier, Valbonne, Mouans Sartoux, la Roquette/Siagne, Pégomas, Auribeau, St Cézaire, St Vallier, Cabris, Peymeinade, Le Tignet, Spéracèdes)

L’encadrement de la structure est assuré par le Dr Bauza et le cadre de santé Mme Fournillon. L’équipe soignante est composée de _ IDE et de _ AS. Les patients peuvent bénéficier de vacations de 2 psychologues et des interventions des bénévoles de l’association JALMALV Pays Grassois.

L’HAD de Grasse est joignable au : 04.93.09.55.56

L’HAD Arnault TZANCK :

Cette structure associative est ouverte depuis février 2005. Elle a une capacité d’accueil de 30 lits et couvre les cantons d’Antibes, Bar sur Loup, Cagnes sur Mer Est, Coursegoules et Mougins.

L’encadrement est assuré par le Dr Robitaille, Mme Pellinghelli en est la surveillante et c’est Mme Vargas, la directrice adjointe, qui nous a reçus. L’équipe soignante est composée de 9 IDE dont 2 postes de nuit et de 6 AS. L’HAD Arnault TZANCK est joignable au : 04.92.27.55.43

Le secteur « soins palliatifs » de l’UNISAD Arnault TZANCK :

En complément du service d’HAD, l’institut Arnault TZANCK a mis en place un service de 30 lits de soins à domicile spécialisés dans les soins palliatifs (10 lits), la prise en charge de la douleur (10 lits) et le suivi des patients atteints du SIDA (10 lits), susceptible de couvrir l’ensemble du département. Contrairement aux SSIAD classiques, l’inclusion de patients dans ce service n’est pas conditionnée à une limite d’âge, mais uniquement à ces trois besoins particuliers de prise en charge. Comme pour l’HAD et les SSIAD classiques, l’intervention d’infirmiers libéraux est envisageable au sein de la prise en charge du patient par le service. L’UNISAD « secteur 2 » est joignable au : 04.92.27.37.91 et 92. 

Des structures hospitalières de SUPPORT et/ou de RELAIS ?

 

L’USP du CHU de NICE :

une unité d’hospitalisation entièrement dédiée aux patients en soins palliatifs.

L’unité de Soins palliatifs du CHU de NICE est un service d’hospitalisation de 6 lits dédiés aux patients en soins palliatifs, située au  4ème étage de l’hôpital de l’Archet II à NICE. Créée en 2005, l’unité devrait s’agrandir pour atteindre une capacité d’accueil de 10 lits d’ici 2012... lorsque des espaces d’hospitalisation seront libérés par la mise en fonction de l’hôpital Pasteur II.

L’admission se fait suite à un appel à l’USP, par le médecin, la famille ou les personnels soignants intervenant auprès du patient, qu’il soit à domicile ou en établissement. Une évaluation est réalisée par une équipe pluridisciplinaire qualifiée (IDE, Médecin, Psychologue), issue d’unités partenaires : Equipe Mobile de Soins Palliatifs, réseau RESOP 06 ou HAD.

Il y a malheureusement une liste d’attente qui oblige à prioriser les demandes, mais dans le cas où un patient ne pourrait être pris en charge au sein de l’unité, un relais ou une orientation sont assurés avec les structures partenaires en attendant une place.

Le service accueille des patients en situation de soins palliatifs, présentant une souffrance physique ou morale réfractaire aux traitements, pour des hospitalisations courtes (13j en moyenne).

L’objectif de la prise en charge est l’amélioration de la situation de souffrance posant problème. Il peut également s’agir d’assurer une période de répit à une famille en souffrance.

Quand l’équilibre est retrouvé, le patient peu rentrer à domicile ou retourner en service « classique », tandis qu’un relais est assuré avec les intervenants habituels et/ou avec  des structures et des intervenants de support.

Les patients de l’USP sont issus des services d’hospitalisation du CHU de NICE et de leur domicile lorsqu’ils résident  sur la zone géographique correspondant à la « zone d’influence » du CHU de NICE.

 

Le service propose aux patients et à leurs proches :

-         6 chambres individuelles agrémentées d’un lit d’appoint, d’une télévision et « décorées » dans le style d’une chambre d’hôtel,

-         une « salle des familles», lieu d’accueil et de convivialité pour les familles où elles peuvent passer du temps seules, avec leurs proches et/ou avec le personnel,

-         une salle de bain avec baignoire de thalassothérapie.

Le service dispose d’Infirmières et d’aides soignants volontaires pour travailler dans cette unité, et propose également les services d’une psychologue, d’une diététicienne, d’une assistante sociale. Des bénévoles d’associationsspécialisées participent à l’accompagnement des patients et aux activités de la journée.

Par expérience, je peux dire que leurs interventions sont très appréciées, autant des patients que des proches.

L’unité a également une mission de formation à la prise en charge des patients en soins palliatifs et comme les différentes équipes mobiles du département, elle accueille des stagiaires dans le cadre des formations initiales et de formations continues (DU/DIU Douleur et Soins Palliatifs),

Le personnel de l’unité peut également intervenir occasionnellement dans un cadre de conseil auprès de professionnels ayant en charge des patients en soins palliatifs.

A la sortie du service, le patient peut aller soit en service d’hospitalisation, soit retourner à domicile. Dans ce cas, les intervenants habituels du patient avant l’hospitalisation reprennent le relais s’ils le souhaitent et en ont la possibilité/capacité, qu’il s’agisse de libéraux ou de structures de soins à domicile (HAD, SSIAD ...) Sinon, le patient peut être redirigé vers une autre structure.

Dans le cas d’une prise en charge en libéral, un suivi du patient est proposé en complément de la prise en charge existante, avec le réseau RESOP et/ou avec l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs du CHU.

La personne référente est le Dr Jean François CIAIS et le secrétariat du service est joignable au : 04.92.03.59.00 / 04.92.03.62.86

Des lits identifiés soins palliatifs et des unités de consultation douleur et soins palliatifs

Sont également intégrés au sein de plusieurs cliniques du département. :

La Polyclinique St Jean à Cagnes sur Mer,  la clinique Plein Ciel à Mougins et la Clinique Belvédère à Nice.

Une équipe mobile existe également sur le centre hospitalier Princesse Grâce de MONACO.

 

Des associations de « bénévoles d’accompagnement »

Plusieurs associations de bénévoles ont une orientation relative aux soins palliatifs. Constituées de familles de patients ayant vécu le décès d’un proche en situation de soins palliatifs et parfois de professionnels de santé en exercice ou en retraite (intervenants en tant que personnes privées et pas en tant que professionnels), leurs rôle est surtout d’accompagner les familles et les patients dans leur processus d’acceptation et de deuil.

Du fait d’un manque d’effectifs suffisants, ces associations assurent principalement des permanences et des visites au sein des établissements de santé et une collaboration avec l’ensemble des structures présentées dans ce dossier. Dans la mesure du possible, certaines associations essayent de soulager les familles en assurant une présence à domicile, la journée et parfois la nuit. Ces interventions sont souvent coordonnées par RESOP 06.

......

Heures et jours d'ouverture :

du lundi au vendredi
10h à 12h et
de 14h à 18h
samedi, dimanche et jours feriés bureau fermé, permanence téléphonique assurée

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site